]interstice[, 11ème rencontre des inclassables dédiée aux arts sonores, visuels et numériques, est un voyage au cœur de pratiques artistiques qui frappent l’imaginaire et une exploration inédite de la ville à travers les créations d’artistes internationaux.

]interstice[ invente chaque année un parcours composé d’œuvres immenses, spectaculaires, bricolées ou poétiques. Vous trouverez sur votre chemin des parapluies sonores, des tubes suspendus aux allures d’orgue, des sculptures scintillantes offertes aux vents, des architectures résonantes, une machine infernale et une autre inquiétante, immense et vivante, une installation à la frontière des arts et des sciences, un musée en vibration, une déambulation historique le long du mur de Berlin, une histoire de la musique industrielle, un orchestre d’objets bricolés, des concerts, des performances, des DJs, des dîners, des visites déguidées, des ateliers et des rencontres...

]interstice[ est aussi un lieu de production et de rencontres professionnelles. Nous portons une attention toute particulière à ces temps rares où les artistes peuvent aussi échanger ou décider de travailler ensemble. Cette année encore, certains d’entre eux nous font le plaisir de revenir. Herman Kolgen, présent en 2015, sera en résidence en 2016 et en 2017. Les suisses de Cod Act reviennent également tout comme les belges d’Overtoon ou encore le collectif Art of Failure. ]interstice[ est aussi le fruit de cette fidélité si importante et nécessaire.

Cette fidélité, c’est aussi celle d’une équipe entièrement bénévole toujours plus nombreuse. Chaque année, il faut réaffirmer que ce festival n’existerait pas si autant de personnes ne s’impliquaient pas dans ce projet.

Nous remercions tous nos partenaires publics, associatifs et privés qui témoignent de leur confiance en s’engageant à nos côtés et qui nous offrent la possibilité d’un projet que nous voulons et espérons ambitieux et ouvert.

David Dronet & Luc Brou

void

one drop l’artothèque, espaces d’art contemporain
impasse duc rollon

du mardi au samedi de 14h à 18h30
sauf jeudi 5 mai
artificiel

ONE DROP

Six parapluies en cascade. Une à une les gouttes d’eau glissent sur eux. Chaque rebond, capté et amplifié par des micro- contacts, émet un bruit de tonnerre sourd qui contraste avec la légèreté visuelle. Leur succession compose une rythmique incertaine, inexorable et hypnotique. Les gouttes finissent par échouer sur une plaque de cuisson électrique qui les dématérialise aussitôt. On est au cœur du propos du collectif : en anglais «void» signifie «vide». Un vide qui laisse au spectateur le choix de compléter le mouvement par la pensée, qui prend alors part au cycle du changement d’état de la matière.

Créé à Bruxelles en 2013, VOID est un collectif de plasticiens sonores. Il réunit Arnaud Eeckhout et Mauro Vitturini. Le travail du collectif VOID interroge la relation que nous entretenons avec la réalité au travers de notre perception ainsi que la connaissance des choses qui en découle. Afin de décomposer les rapports qui lient l’homme avec ces artifices, VOID cherche à créer des courts-circuits entre les expériences personnelles et les représentations construites culturellement. Leurs interventions visuelles et sonores mixent les territoires interconnectés de la perception, du son, du langage et de la représentation.

http://www.collectivevoid.com/

daan johan & joris strijbos

parsec église du vieux saint-sauveur
place saint-sauveur

du mardi au samedi de 15h à 19h

PARSEC

Parsec est une machine cinétique sonore et visuelle. Elle est constituée de seize bras identiques munis chacun de deux lumières à LED et d’un haut-parleur qui créent par rotation un schéma visuel et sonore. Le cœur de l’installation est la liaison de chaque bras avec un synthétiseur analogique. Ces bras sont programmés pour agir comme un «bourdon» sonore qui se retrouve dans la composition des structures lumineuses.

Daan Johan et Joris Strijbos font partie de Macular, une initiative d’un groupe d’artistes qui partage un intérêt collectif pour l’art, la science, la technologie et la «perception». Les membres collaborent à la création et à la production de travaux multidisciplinaires. Macular fonctionne comme un laboratoire nomade.

http://www.macular.nl/

© ed jansen at todaysart festival
Parsec a été réalisé avec le soutien de Stimuleringsfonds Creatieve Industrie, Stichting Stokroos, Het Materiaalfonds voor Beeldende Kunst en Vormgeving.

jeroen molenaar, joris strijbos & Marco Broeders

drifting patterns esplanade salle des remparts
château de caen

tous les jours de 9h30 à 18h
artificiel

DRIFTING PATTERNS

Drifting Patterns résulte d’une recherche sur les énergies alternatives et la façon dont elles peuvent être utilisées dans une installation sonore cinétique, le son étant le produit d’une interaction entre le vent et un objet. Sur le modèle des machines d’Héron d’Alexandrie, le grand inventeur de l’Antiquité et de l’utilisation de l’air comme source d’énergie, Drifting Patterns est un orgue à vent dans lequel l’énergie cinétique est convertie en pression pneumatique. Cette pression est utilisée pour produire du son dans un jeu d’orgues constitué de cinq sculptures disposées devant la salle des Remparts du château de Caen. Le résultat est une composition sonore toujours variée reflétant toute la complexité et la beauté de la circulation du vent.

Jeroen Molenaar et Joris Strijbos font partie de Macular, une initiative d’un groupe d’artistes qui partage un intérêt collectif pour l’art, la science, la technologie et la «perception». Les membres collaborent à la création et à la production de travaux multidisciplinaires. Macular fonctionne comme un laboratoire nomade.

http://www.macular.nl/

© macular
Drifting Patterns, co-production de TodaysArt et Oerol, a été réalisée avec le généreux soutien de Stichting Stokroos.

christoph de boeck

cell musée des beaux-arts de caen
château de caen

du mercredi au lundi de 9h30 à 12h30
et de 14h à 18h

CELL

Cell est un instrument autonome à la forme imposante, un cylindre ouvert et dimensionné pour qu’une personne à la fois puisse y entrer, à travers lequel se matérialise des vagues de sons basse fréquence. Les vibrations proviennent de capteurs sans fil disposés dans tout le musée des beaux-arts de Caen. Le cylindre les amplife sur toute sa surface. Il offre un espace d’écoute privée et agit comme un point de contact entre l’auditeur et l’architecture.

Dès que les vibrations résonnent sur l’acier, elles sont enregistrées et stockées. Le processus se répète et le son augmente graduellement. Quand les basses fréquences perdent de leur matérialité, elles s’évaporent.

Christoph De Boeck est membre d’Overtoon plateforme de recherche, production et distribution d’art sonore et d’art médiatique ancrée dans une pratique sonore, dirigée par Aernoudt Jacobs et Christoph De Boeck. L’organisation a pour but de soutenir les artistes et d’insuffler une nouvelle dynamique dans le domaine des arts sonores et médiatiques. Overtoon offre des résidences de longue durée à des artistes afin de produire leurs œuvres.

http://www.overtoon.org/

© christoph de boeck
Produit par Superbodies Triennial Hasselt et Deepblue.
Exposition proposée en collaboration avec Le bon accueil, Rennes et le collectif Overtoon, Bruxelles avec le soutien de Flanders state of the arts.

art of failure

resonant architecture le pavillon
quai françois mitterand

du mardi au dimanche de 13h à 19h
artificiel

RESONANT ARCHITECTURE

L’installation vidéo Resonant Architecture réunit sous une forme documentaire et immersive, différentes réalisations menées en Europe au sein d’architectures atypiques depuis 2006.

Cette série propose une approche singulière de l’architecture, visant à révéler la musicalité propre à différents bâtiments en excitant leurs multiples fréquences de résonance ; une expérience de l’espace construit à la fois physique et fantomatique. Chaque expérience de cette série prend la forme d’un scénario unique, le temps d’une installation ou d’un concert public, les matériaux et les structures sont activés par vibrations infra-basses et révèlent les fréquences de résonance, la physicalité et les qualités acoustiques des bâtiments choisis. Pour cette exposition, le dispositif de projection reconstruit une expérience visuelle et physique de ces interventions sonores in situ, et vise à établir un dialogue entre les architectures, leurs composantes spatiales et leurs contextes géographiques.

http://www.resonantarchitecture.com/

© thomas spier
Direction artistique : Nicolas Maigret / Conception : Nicolas Maigret, Jérémy Gravayat, Nicolas Montgermont, Jérôme Fino / Technique : Jérémy Gravayat, Jérôme Fino, Yann Leguay / Partenaires : Arcadi, CNC Dicream, Cnap, Futur en Seine, Ville de Clichy / Production: Ososphère, Seconde Nature, Sonic Protest, Ars Longa, Gaité Lyrique.

jeroen vandesande

circuit 03 maison de la recherche et de l’imagination
esplanade stéphane hessel

du mardi au samedi de 15h à 19h

CIRCUIT 03

Circuit 03 peut être considéré comme un instrument de musique créé par Jeroen Vandesande. L’installation fonctionne sur le principe du «retour» sonore. Ce feedback – ce qui revient – est le fruit d’une interaction et d’une mise en abyme entre un micro et une enceinte, qui au contact de l’un et de l’autre produisent une boucle sonore sans fin. Le design de chaque tube, les schémas de résonance et la disposition des haut-parleurs ne constituent que quelques uns des paramètres déterminant les variations sonores. Usant de ceux-ci, Jeroen Vandesande compose une partition qui interagit avec les conditions spatiales du lieu et les déplacements du public.

Jeroen Vandesande est membre d’Overtoon plateforme de recherche, production et distribution d’art sonore et d’art médiatique ancrée dans une pratique sonore, dirigée par Aernoudt Jacobs et Christoph De Boeck. L’organisation a pour but de soutenir les artistes et d’insuffler une nouvelle dynamique dans le domaine des arts sonores et médiatiques. Overtoon offre des résidences de longue durée à des artistes afin de produire leurs œuvres.

http://www.overtoon.org/
© kristof vrancken
Production : Overtoon / Co-production : Z33 avec le support de Flemish Community. Exposition proposée en collaboration avec Le bon accueil, Rennes et le collectif Overtoon, Bruxelles avec le soutien de Flanders state of the arts. Merci à Pauwel De Buck, Jan Wante et Stéfan Piat.

herman kolgen

isotopp ésam caen/cherbourg
cours caffarelli

du mardi au samedi de 15h à 19h

ISOTOPP

Fruit d’une collaboration avec le GANIL (Grand Accélérateur National d’Ions Lourds) à Caen, Isotopp est la première étape d’une résidence de création qui court jusqu’en 2017. Inspirée par les états d’énergie successifs des rayons gamma et la perte d’énergie de la matière, cette installation est présentée comme une mise en espace préliminaire.

Trois écrans disposés au sol sont reliés à des câbles lumineux par un système optique. Le système réagit par l’analyse de l’activité à l’épicentre des plaques lumineuses et transfère l’énergie vers un ensemble de filaments ramifés lumineux.

Herman Kolgen vit et travaille à Montréal et dans le monde entier tant ses expositions et représentations sont nombreuses. Artiste multidisciplinaire, il travaille la relation physique entre le son et l’image et l’impact et entre le territoire et l’homme. Il radiographie littéralement les interactions et les tensions qui en découlent. Il met à jour ce que l’on ne peut pas voir.

http://www.kolgen.net/

© herman kolgen
Dans le cadre de PROTOTYPES, un programme de la Maison de la Recherche et de l’Imagination et de Station Mir avec le soutien de Mécènes Caen Normandie.

visites déguidées


départ de l’artothèque, espaces d’art contemporain
Les samedis 30 avril, 7 mai et 14 mai à 14h30

Mises en place en 2015, les visites déguidées sont une autre manière de parcourir le festival et d’aller à la rencontre des œuvres sélectionnées. Mais moins une visite commentée qu’une découverte du festival - sa conception et les conditions de sa réalisation, les diférents contextes dans lesquels il se situe, les projets futurs - l’objectif est de présenter au public «l’envers du décor» considérant que le travail de médiation est aussi de mettre en perspective la création artistique en regard d’une situation toujours particulière. Répondre de la place d’]interstice[ est une autre façon de proposer une lecture du paysage culturel qui compose la ville et de dire la place nécessaire de la création et la culture.

Durée approximative : 2h30

Pour des visites de groupes ou scolaires supplémentaires
Réservations au : 06 89 93 49 92

cod act

nyloïd salle de l’échiquier
château de caen

mardi 26 avril 20h
entrée libre

NYLOÏD
performance 40’

Nyloïd est une impressionnante sculpture sonore, un tripode géant composé de trois tiges de nylon de six mètres de longueur animées par un dispositif mécanique et sonore sophistiqué. à la fois sensuel et menaçant, ce mobile aux allures bestiales puise sa puissance dramatique dans la réactivité de sa matière plastique et sonore aux diverses sollicitations mécaniques. Un objet vivant, dont on croit ressentir la tension ; l’effort et la souffrance se dégageant de ses contorsions et ses manifestations vocales.

Cette œuvre constitue une nouvelle étape dans leur travail de recherche. Chacun dans son domaine, ils ont poussé leurs investigations respectives sur la mécanique et le traitement informatique du son pour les réunir dans ce fascinant objet. La démarche est aussi celle de l’épure: une réflexion de longue haleine aboutissant à un minimalisme poussé et complexe. Nyloïd est une structure basique, dont les mouvements sont obtenus au point de jonction entre la perfection mécanique et la matière brute. Et dont les impressionnantes émissions sonores, qui semblent émaner de la matière elle-même, sont le fruit d’une recherche vocale extrêmement sophistiquée.

Il en résulte une chorégraphie hypnotisante dont l’épaisseur dramaturgique se dégage, de façon délicieusement paradoxale, d’une cinétique parfaitement aléatoire.

http://www.codact.ch/
© cod act

glass

prussian blue maison de la recherche et de l’imagination
esplanade stéphane hessel

mardi 26 avril 22h
entrée libre

PRUSSIAN BLUE
concert / vidéo 60’

Entre l’énergie physique de la techno et le pouvoir suggestif de l’ambient, Glass trace un itinéraire personnel dans le paysage électronique français. Sur son premier album, le duo construit un cocon mélodique apaisant et protecteur.


figure 8

mix maison de la recherche et de l’imagination
esplanade stéphane hessel

mardi 26 avril 23h
entrée libre

MIX

Figure 8 fait partie du collectif caennais La Vitrine regroupant musiciens, plasticiens et DJs qui organisent de nombreuses soirées à la programmation électronique lêchée.


le clair obscur

gøl4m ésam caen/cherbourg
auditorium

vendredi 29 àvril 20h
samedi 30 avril 20h
entrée libre

GøL4M
performance /danse/arts numériques 50’

GøL4M pourrait être une forme anthropomorphique vectorisée par ordinateur qui prend vie... Il emprunte à la science-fiction ce prototype, projetant au présent du danseur un état d’être synthétique…

GøL4M pourrait ensuite préfigurer, par étapes successives, une forme d’hybridation de l’homme, dans un laboratoire technologique, un rituel étrange... GøL4M désignerait le projet même «alchimique» d’un grand tout englobant l’être et son environnement, la recherche d’une formule et d’un équilibre : numérique, géométrique et biométrique. L’électricité est le médium central de cette entreprise. L’électricité est le pont entre la chair et le silicium, l’étincelle de la vie, et le magnétisme : un champ de forces invisibles que nous tendrons à rendre sensibles ou palpables au travers du corps du danseur. GøL4M est donc à la fois une chorégraphie de laboratoire, sur l’amplification et la médiatisation du mouvement capté, et à l’inverse la réalisation du mouvement dans un champ de forces extérieures ressenti. GøL4M est forme mutante qui tend à rapprocher le corps numérique, de la chair plastique/physique/organique. Ici tous les éléments s’harmonisent progressivement pour former un tout indissociable et tragique...

http://www.leclairobscur.net/

© darren guy
En partenariat avec le théâtre de Caen

amélie ravalec & travis collins

industrial soundtrack for the urban decay café des images
hérouville saint-clair

mardi 3 mai 19h
entrée libre

INDUSTRIAL SOUNDTRACK FOR THE URBAN DECAY
documentaire 52’

Industrial Soundtrack For The Urban Decay est le premier documentaire à retracer les origines de la musique industrielle, nous faisant passer des villes industrielles européennes déliquescentes aux prospères avant-gardes américaines. La musique industrielle émerge au milieu des années 70 et produit la bande son idéale et provocante de l’époque, celle des manifestations et piquets de grève dans une ère de crise industrielle, de déclin économique et d’oppression culturelle.

Bien qu’ils soient ouvriers, étudiants ou chômeurs, les pionniers de cette musique industrielle sont éduqués, résolument tournés vers l’art, et ont une conscience politique forte. Bien qu’ils n’aient pas de formation musicale, ils se lancent et changent le cours de la musique. Ils trouvent leur inspiration auprès de groupes du mouvement allemand Krautrock tels que Kraftwerk, Can ou Faust, dans le mouvement Dada, le Futurisme, le Surréalisme ou chez des auteurs comme William Burroughs, Brion Gysin ou J.G. Ballard. Combinant le Do-It-Yourself punk avec le mail-art et les fanzines underground, ces pionniers sont aussi parmi les premiers groupes à incorporer dans leur musique des boucles sonores, des synthétiseurs fait maison, des enregistrements industriels et les techniques du cut-up. Découvrez l’histoire des groupes fondateurs de cette musique, Throbbing Gristle, les prolifiques dadaistes de Sheffield Cabaret Voltaire, le compositeur néo-zélandais Graeme Revell qui fit partie de SPK, Boyd Rice de NON, le créateur de la Noise ainsi qu’une quinzaine d’autres figures influentes de ce mouvement musical majeur...

http://www.industrialsoundtrack.com/

dîner thématique


café des images
hérouville saint-clair

20h30
entrée libre

DÎNER THÉMATIQUE

Formule complète 12€ (hors boissons)
réservation obligatoire
02 31 46 96 81

frédéric le junter

masses café des images
hérouville saint-clair

mardi 3 mai 22h entrée libre

MASSES
Performance sonore 60’

Une performance-installation sur trois tables pleines d’instruments amplifiés et de machines de petites dimensions «faites main». Des choses sont laissées au hasard : les machines génèrent des formes d’hésitation sur les instruments qu’ il organise aussitôt par le mixage ; les masses sonores évoluent sans cesse par les manipulations qu’il effectue ; le public circule, tourne autour des tables où le son est fait en direct.

http://www.lejunter.free.fr/

© thierry laroche

mark lewis

projection rencontre café des images
hérouville saint-clair

jeudi 12 mai 19h
entrée libre

PROJECTION RENCONTRE
Programme de vidéos 75’

Windfarm, 2001
Algonquin park, september, 2001
Algonquin park, early march, 2002
Harper road, 2003
Brass rail, 2003
Northumberland, 2005
Isoceles, 2007
Smithfield, 2000
Nathan phillips square, 2009
Forte!, 2010
Beirut, 2011
Tiger, 2014
Snow storm at robarts library, 2015

Mark Lewis est un artiste canadien qui vit et travaille à Londres. Ses films et ses travaux d’images numériques animées sont souvent basés sur la représentation d’éléments du quotidien. Ils sont construits en utilisant le vocabulaire et les techniques cinématographiques qui offrent de subtiles allusions à une tradition du cinéma, de la photographie et de la peinture.

Ses plus récents travaux incluent des séries de films tournées dans la «Korean DMZ» (Zone Coréenne démilitarisée), qui portent le projet de film «Invention», projet qui imagine une cité contemporaine sans cinéma, ni équipements d’images en mouvement. Dans ce scénario, la ville elle-même est le «cinéma», s’attachant avec précison et attention aux corps en mouvement, aux ombres et aux reflets.

Ce projet traversait déjà les dernières expositions de Mark Lewis, comme par exemple celle du Musée du Louvre en octobre 2014 et celle de la 31ème biennale de São Paulo. Il s’est cristalisé dans son apogée lors de la première présentation d’Invention, au Festival International du Film de Toronto en septembre 2015, suivi de présentations au BFI London Film Festival en octobre 2015 et à la Berlinale Film Festival en février 2016.

Mark Lewis est également le co-fondateur et le co-directeur de Afterall, revue et centre de recherche basé à l’école d’art Central Saint Martins College of Art and Design à Londres.

En 2009, Mark Lewis a représenté le Canada, à la 53ème Biennale de Venise. Ses œuvres ont été présentées au Van Abbemuseum à Eindhoven, à la National Gallery of Canada, au MoMA à New-York, au BFI Southbank à Londres, au Centre Pompidou à Paris.

http://www.marklewisstudio.com/

© mark lewis

dîner thématique


café des images
hérouville saint-clair

20h30
entrée libre

DÎNER THÉMATIQUE

Formule complète 12€ (hors boissons)
réservation obligatoire
02 31 46 96 81

institut nomade

rhizomes café des images
hérouville saint-clair

jeudi 12 mai 20h30
entrée libre

RHIZOMES
performance sonore 60’

Rhizomes est un projet radiophonique mensuel d’institut nomade, diffusé sur Radio 666. Le principe repose sur la construction d’un paysage sonore, composé et mixé en direct, en compagnie de contributeurs, de lecteurs, et d’invités dont les voix, les désirs et les questions fondent la trame de cette composition collective. Dans le Corpus part.#2, on y entend des paysages et Gil Scott Heron, Serge Daney, Gilbert Simondon, Pierre Bastien, Can, Autechre, Sonic Youth, David Lynch, Judith Butler, Victor Hugo, Samuel Beckett, Robert Musil, David Cronenberg, Jacques Derrida… Les prochaines émissions aborderont la joie, la tristesse, le désir, l’engagement et le passage à l’acte. Sur ce principe, institut nomade est invité à composer à la suite de Mark Lewis un univers sonore qui nous conduira d’un espace physique et mental à un autre.

Institut nomade est un projet initié par Alexandre Le Petit dont l’action est transdisciplinaire. Elle s’articule à partir de la notion de performativité dans les pratiques artistiques et la construction culturelle. L’ensemble peut se traduire à travers la figure d’une enquête au long cours sur ce que peut être une « culture moderne », en utilisant les outils légués par l’histoire des arts performatifs.

http://www.institut-nomade.org/

Intervenants : Alexandre Le Petit, Flora Pilet, Stéphanie Brault, Yohann Allex, Anais Dumaine et Sophie Quénon.

apéro mix


maison de la recherche et de l’imagination
esplanade stéphane hessel

samedi 14 mai 19h
entrée libre

APÉRO MIX

robert henke

dust le cargö
samedi 14 mai 20h30
entrée libre

DUST
Performance sonore 45’

Dust explore des textures granuleuses et bruyantes et les mouvements extrêmement lents d’une matière sonore apparemment immobile, constituée d’une myriade de particules microscopiques. Les sources sont les vestiges de processus numériques, des bruits qui deviennent plus bruyants, ou des enregistrements tel le son d’une vague sur une plage d’Australie, un orage énorme, la vapeur d’une machine à café, les craquements d’un vieil enregistrement... Les transformations sonores créent un flux de sons denses et entremêlés, remixés et diffusés dans l’espace, remplissant lentement la salle, parfois à peine audibles, parfois très forts, recouvrant tout le spectre sonore du plus bas à l’ultra-son. Dust est basé sur une écriture d’algorithmes spécifiques pouvant prendre de multiples formes. Dust a été composé en 2011 pour une performance au ZKM Media Theater de Karlsruhe.

http://www.roberthenke.com/

takami nakamoto & sébastien benoits

reflections le cargö
samedi 14 mai 21h45
entrée libre

REFLECTIONS
concert 45’

Six mètres de lumières (trente deux barres LED reposant sur des pieds de micro) sont animées par un dispositif mécanique et sonore sophistiqué. Il n’y a pas d’écran mais une explosion de lumières combinées avec de la musique électronique accompagnée d’une batterie.

http://reflectionsofficial.tumblr.com/

© arnaud desprez

julien poidevin

géosonic mix
Normandie impressionniste
Caen - portrait de ville
ésam Caen/Cherbourg
site de caen, auditorium
cours caffarelli

Le projet Géosonic Mix Normandie Impressionniste propose un portrait de ville sonore. Une architecture invisible faite de zones d’écoute se superpose à la topologie du site, des sons se déclenchent lors du parcours en fonction de la localisation du marcheur équipé d’un smartphone et d’un casque lui permettant de générer sa propre composition sonore urbaine. Après une première version créée à Caen pour le festival ]interstice[ en 2015, le projet est de constituer une mémoire sonore d’un ensemble de sites impressionnistes à partir d’enregistrements effectués sur place. Des pièces sonores (sons, interviews, fictions) sont réinjectées dans l’espace public et deviennent les traces à réactiver de la mémoire de notre expérience sensible du lieu.

Une application spécifique est téléchargeable gratuitement sur internet et des smartphones sont mis à disposition du public à l’Office du Tourisme de Caen, point central de la couverture sonore ainsi qu’au Pavillon sur le port. L’ensemble de créations sonores qui recouvrent Caen a été réalisé à partir de plusieurs collaborations lors de résidences et ateliers. Au cœur de ce dispositif, des sons en lien avec la programmation de Normandie Impressionniste permettront de proposer des parcours pour ]interstice[ ou la Nuit Impressionnante de la ville de Caen en septembre.…

Nos remerciements à Relais d’Sciences/Maison de la Recherche et de l’Imagination, à la société Digital Airways, à l’ésam Caen/Cherbourg, à l’Office du tourisme de Caen et au Pavillon pour avoir soutenu le projet de Julien Poidevin.

application géosonic mix normandie impressionniste téléchargeable sur :

Des téléphones pré-équipés sont disponibles en prêt à l’office du tourisme de caen et au pavillon aux heures habituelles d’ouverture.

http://www.julienpoidevin.fr/

Partenaires : GIP Normandie Impressionniste, Office du tourisme de Caen, Relais d’sciences/MRI, ésam Caen/Cherbourg, Digital Airways, Le Pavillon.

mark lewis

projection rencontre café des images
hérouville saint-clair

jeudi 12 mai 19h
entrée libre

PROJECTION RENCONTRE
Programme de vidéos 75’

Windfarm, 2001
Algonquin park, september, 2001
Algonquin park, early march, 2002
Harper road, 2003
Brass rail, 2003
Northumberland, 2005
Isoceles, 2007
Smithfield, 2000
Nathan phillips square, 2009
Forte!, 2010
Beirut, 2011
Tiger, 2014
Snow storm at robarts library, 2015

Mark Lewis est un artiste canadien qui vit et travaille à Londres. Ses films et ses travaux d’images numériques animées sont souvent basés sur la représentation d’éléments du quotidien. Ils sont construits en utilisant le vocabulaire et les techniques cinématographiques qui offrent de subtiles allusions à une tradition du cinéma, de la photographie et de la peinture.

Ses plus récents travaux incluent des séries de films tournées dans la «Korean DMZ» (Zone Coréenne démilitarisée), qui portent le projet de film «Invention», projet qui imagine une cité contemporaine sans cinéma, ni équipements d’images en mouvement. Dans ce scénario, la ville elle-même est le «cinéma», s’attachant avec précison et attention aux corps en mouvement, aux ombres et aux reflets.

Ce projet traversait déjà les dernières expositions de Mark Lewis, comme par exemple celle du Musée du Louvre en octobre 2014 et celle de la 31ème biennale de São Paulo. Il s’est cristalisé dans son apogée lors de la première présentation d’Invention, au Festival International du Film de Toronto en septembre 2015, suivi de présentations au BFI London Film Festival en octobre 2015 et à la Berlinale Film Festival en février 2016.

Mark Lewis est également le co-fondateur et le co-directeur de Afterall, revue et centre de recherche basé à l’école d’art Central Saint Martins College of Art and Design à Londres.

En 2009, Mark Lewis a représenté le Canada, à la 53ème Biennale de Venise. Ses œuvres ont été présentées au Van Abbemuseum à Eindhoven, à la National Gallery of Canada, au MoMA à New-York, au BFI Southbank à Londres, au Centre Pompidou à Paris.

http://www.marklewisstudio.com/

© mark lewis

rotraut pape

projection rencontre
die mauer
le pavillon
vendredi 13 mai 19h
entrée libre

PROJECTION RENCONTRE
DIE MAUER

Un projet de Rotraut Pape mené de 1989 à 2014 présenté sous forme de conférence. «Le Mur et ce qu’il symbolisait était comme l’horizon négatif de toute ma vie, qui commença en 1956 à Berlin, cinq ans avant sa construction. Une semaine seulement après qu’il soit tombé, sa disparition était déjà prévisible. Je sortis avec une caméra et longeant le Mur, je filmais sans discontinuer ce 17 novembre 1989. La route longue de deux heures trente m’amènait à la Spree dans le quartier de Kreutzberg, suivait le Mur peint dans les rues désertes de Checkpoint Charlie, autour de la Potsdamer Platz jusqu’à la porte de Brandenbourg, et s’achevant après sept kilomètres derrière un Reichstag désolé avec une vue sur la Spree, où se trouve aujourd’hui le siège du Gouvernement.» Chaque année, Rotraut Pape a procédé au même rituel et a ainsi fixé la mémoire d’une histoire et d’une ville qui depuis 1989 a profondément muté.

Rotraut Pape est artiste et réalisatrice. Cette conférence aura lieu en présence d’étudiants allemands de l’école d’art HFG of_Main (Hochschule für Gestaltung) d’Offenbach am Main où elle enseigne le film et la vidéo, présents pour participer à plusieurs ateliers avec des étudiants de l’ésam de Caen/Cherbourg dans le cadre du festival. Elle intervient aussi comme consultante pour le festival B3 (Biennial of the moving image) à Francfort.

http://www.the-wall.berlin/ http://www.b3biennale.com/

© rotraut Pape

les ateliers du 4 mai

conférences / rencontres / ateliers maison de la recherche et de l’imagination
mercredi 4 mai
de 14h à 18h,
accueil du public à partir de 13h30
Ouvert à tous sur inscription sur le site de Relais d’Sciences.
Jauge maximum 50 personnes.

CONFÉRENCES / RENCONTRES / ATELIERS

Dans le cadre du projet PROTOTYPES de la Maison de la Recherche et de l’Imagination et de Station Mir, Les Ateliers du 4 Mai ont pour objectifs de révéler et valoriser les potentiels locaux à partir du territoire de la Presqu’île, reflet d’une ville en mutation. Plus particulièrement, nous portons notre regard sur l’activité des acteurs culturels qui s’y développe aujourd’hui. Leur forte présence nous incite à croire qu’elle constitue une opportunité de réflexions, de préconisations et d’actions. Cette journée est une version inaugurale dont l’ambition est de poser les jalons d’un travail à accomplir et développer ensemble. Nous souhaitons entamer ici un cycle qui aura vocation à exister dans d’autres contextes et conditions avec les partenaires qui voudront s’engager avec nous dans cette démarche.

Cette première rencontre s’organisera en trois temps de 14h à 18h et nous vous invitions à nous rejoindre dès 13h30.

Temps 1 :
Colin Lemaître, directeur de Culture & Coopération à Saint-Étienne, viendra ouvrir ces rencontres en prenant appui sur les Pôles Territoriaux de Coopération Économique (PTCE) qui sont des regroupements d’initiatives, d’entreprises et de réseaux de l’économie sociale et solidaire associé à des PME socialement responsables, des collectivités locales, des centres de recherche et organismes de formation mettant en œuvre une stratégie commune et continue de coopération et de mutualisation au service de projets économiques de développement local durable.

Temps 2 :
À partir d’expériences vécues, de projets réalisés ou en cours et à partir de témoignages de professionnels, nous pourrons dessiner un panorama de l’existant et constater d’ores et déjà sa richesse et son potentiel.

Temps 3 :
Sur la base des constats qui auront été mis à jour, un choix collectif de thèmes à travailler en groupe sera proposé. Cette réflexion collective aura pour but d’aboutir à des préconisations et un calendrier.

La production de la journée fera l’objet d’une restitution ultérieure qui constituera la base de travail pour un nouveau rendez-vous.

http://www.relais-sciences.org/

Dans le cadre de PROTOTYPES, un programme de la Maison de la Recherche et de l’Imagination et de Station Mir.

claire williams

ateliers textiles maison de la recherche et de l’imagination

ATELIERS TEXTILE

Diplômée d’un master en Design Textile à l’ENSAV La Cambre, Claire Williams travaille sur des projets de recherche personnelle et des collaborations avec d’autres artistes, bidouilleurs, hackers, bricoleurs, et associations locales. Elle gravite autour du textile open source, du logiciel libre et du hardware (les éléments matériels du numérique), détourne des machines à tricoter, et conçoit du textile électronique et des histoires sur des techniques textiles analogues.

Elle animera trois ateliers qui permettront d’appréhender l’électronique et le son via des techniques textiles. Seront abordées sous un angle artistique des techniques permettant de capter, diffuser et visualiser du son en expérimentant physiquement leurs limites. «Antennes textiles» est le premier temps de cette trilogie. Il s’agira dans ce cas de créer avec les participants un parcours électromagnétique dans le lieu et dans la rue en créant des antennes mobiles.
La deuxième session «Broderie sonore» est un atelier de création d’enceintes brodées.
La troisième session «Tricotage de données» est un atelier de tricot à l’aide d’une machine à tricoter domestique «hackée».

Atelier 1 : antennes textiles
11, 12 et 13 mai de 9h à 13h
Lors de ce workshop, nous créerons un parcours partant de la Maison de la Recherche et de l’Imagination en passant par la rue. Des antennes seront fabriquées en fonction des éléments de l’architecture qui serviront de supports ainsi que les propriétés conductrices des matériaux sur place (tuyaux, grilles etc.). D’autres antennes seront mobiles/portatives. Nous détournerons des objets quotidiens afin d’en faire des antennes à l’aide de techniques textiles (casquettes, chaussures, parapluie, roue de vélo, etc.) Les visiteurs du festival pourront directement se brancher sur ces antennes avec un boîtier et un casque afin d’écouter l’activité électromagnétique du lieu.

inscription obligatoire. 15 euros de participation pour l’achat des fournitures (chaque participant pourra repartir avec l’antenne qu’il aura fabriquée).

Venez découvrir l’atelier le vendredi 13 mai à partir de 10h.

Atelier 2 : broderie sonore
jeudi 12 mai de 14h à 18h
Création d’enceintes faites en broderie, vannerie et crochet. En principe une enceinte est une bobine de cuivre qui crée un champ électromagnétique avec un aimant, ici nous traduirons la construction d’une enceinte avec des techniques textiles. Nous pourrons aussi imaginer et expérimenter avec différentes sortes de motifs et techniques.

Inscription obligatoire. 15 euros de participation pour l’achat des fournitures (chaque participant pourra repartir avec l’enceinte qu’il aura fabriquée).

Venez découvrir l’atelier le jeudi 12 mai à partir de 17h.

Atelier 3 : tricotage de données
vendredi 13 mai de 14h à 18h Lors de cet atelier nous tricoterons l’activité électromagnétique du lieu. Grâce à différents logiciels, nous verrons comment en partant du son et en passant par le pixel nous pouvons traduire visuellement le son en point tricoté. Nous utiliserons pour cela une machine a tricoter hackée afin de lui envoyer un motif depuis un ordinateur.

Inscription obligatoire.

Venez découvrir l’atelier le vendredi 13 mai à partir de 17h.

La restitution publique des ateliers de Claire Williams sera visible le samedi 14 mai de 14h à 19h à la maison de la recheche et de l’imagination.

http://www.xxx-clairewilliams-xxx.com/ https://fablab.relais-sciences.org/#!/events http://www.relais-sciences.org/

© claire williams
Dans le cadre de PROTOTYPES, un programme de la Maison de la Recherche et de l’Imagination et de Station Mir.

Contact

info@festival-interstice.net

accès / Lieux

1/L'Artothèque, espaces d'art contemporain L'Artothèque, espaces d'art contemporain
Palais Ducal, Impasse Duc Rollon, 14000 Caen
+ 33 (0)2 31 85 69 73
PLAN / ACCES
2/Eglise du vieux Saint-Sauveur Eglise du vieux Saint-Sauveur
Place Saint-Sauveur, 14000 Caen
PLAN / ACCES
3/Esplanade salle des remparts château de caen
14000 Caen
PLAN / ACCES
4/salle de l'échiquier château de caen
14000 Caen
PLAN / ACCES
5/musée des beaux arts de caen château de caen
14000 Caen
PLAN / ACCES
6/Le Pavillon Le Pavillon

Cours Caffarelli, 14000 Caen
+ 33 (0)2 31 83 20 35
PLAN / ACCES
7/maison de la recherche et de l'imagination esplanade stéphane hessel
PLAN / ACCES
8/ésam Caen/Cherbourg ésam Caen/Cherbourg
17, cours Caffarelli, 14000 Caen
+ 33 (0)2 14 37 25 00
Plan / Accès
9/le cargö cours cafarelli
Plan / Accès
10/café des images hérouville ssaint clair
Plan / Accès

Partenaires / Mécènes



crédits / informations légales

Programmation
david dronet avec la participation de luc brou, matthieu debar, jean-jacques passera, damien simon et patrice grente
/
Direction artistique
David Dronet
/
direction du développement et des publics
Luc Brou
/
Direction technique
manuel passard
/
équipe
angèle bari
benoît razafindramonta
thibaut bellière
jean-françois herpin
germain henry
romain lepage
anto
mathieu lion
murielle andrès
tom ouitre
paul lepetit
/
Stagiaires & Bénévoles
adèle vallet
amalia vargas
annabella ronsin
barbara grossi
camille binelli
cyril favori
edith gallot
emma nanternoz
élodie charlotin
juliette sadruo
marianne dupain
loïcia martogat
lola jacrot
lou duchemin-lenquette
maud dubuis
maya bostvironnois
nedjma brou
léna deslandes
nicolas durchon
nine hauchard
paul calloc’h
rachida djellab
rebecca bossé
romain bonnet
romane larivière
rudy dumas-jandolo
simon moreil
victor hélary
zacharie khelili

/
Conception charte graphique 2015
lenn-angelos migan
adèle mabire
/
mise en page
david dronet
/
site internet /
Pierre Le Cann
christophe bouder
/
Photographies et vidéos
jean-marc dronet
christophe boude
hugo renard
mathieu lion
/
Traductions
stefanie hayes
luc brou
jean-jacques passera
/
Remerciements
laurence dumont
isabelle attard
nicolas germain
michèle gottstein
l’ensemble des équipes et personnels des lieux d’accueil...

/